Témoignage de chercheurs travaillant sur le prototype

Elisabetta Basso et Arianna Sforzini proposent un retour d’expérience sur l’utilisation de la plate-forme collaborative FFL pour leurs travaux de recherche et d’édition.

 

Arianna Sforzini, ingénieure en analyse de sources historiques au CNRS, dans le cadre du projet ANR :

“Mon travail sur le prototype du projet FFL m’a permis d’un côté d’interroger la spécificité du corpus des fiches de lecture foucaldiennes et les défis non seulement techniques mais aussi théoriques que leur exploitation pose aux chercheurs. Les instruments numériques appliqués à ces fiches de lecture se révèlent en effet primordiaux pour repenser aujourd’hui le travail sur les archives (des philosophes, notamment), en en questionnant la portée, la réception et la réactualisation.

D’un autre côté, du point de vue de la recherche sur et avec Foucault, les archives foucaldiennes numérisées m’ont permis d’enrichir ma connaissance du parcours du philosophe, en en retrouvant les racines multiples et ancrées dans des auteurs et des textes souvent inattendus. Les archives deviennent pour moi, pour nous, comme elles l’étaient pour Foucault, le lieu d’une expérience de l’« intempestivité » : la découverte de stratifications de la pensée venant inquiéter et réactualiser notre manière de lire et d’utiliser Foucault.” 

Elisabetta Basso, postdoctorante au « Centro de Filosofia » de l’Université de Lisbonne et membre associée du CAPHÉS.

“Grâce aux fiches de lecture de Foucault, j’ai pu accéder à un très grand nombre d’informations qui se sont révélées des sources conceptuelles et bibliographiques fondamentales pour l’édition du manuscrit à laquelle je travaille dans le cadre du projet de publication des cours et travaux de Foucault antérieurs au Collège de France (La phénoménologie et Binswanger, Seuil, « Hautes Études »).

Pour organiser et retrouver toutes ces informations parmi les milliers de feuillets que j’ai consultés, j’utilise le prototype développé par FFL, à travers lequel j’ai la possibilité d’explorer les archives tout en insérant ces données au fur et à mesure. J’ai pu adapter cet outil à mes problématiques spécifiques, en créant des indicateurs directement finalisés à l’édition de ce manuscrit spécifique. La possibilité d’indexer les contenus tout en gardant un lien direct et immédiat avec les images des fiches de lecture et de les retrouver au besoin, sont pour l’instant les aspects que personnellement je trouve les plus utiles dans mon travail d’édition des manuscrits.” 

 Je fais actuellement partie du comité éditorial chargé de la publication des cours et travaux de Foucault antérieurs au Collège de France, dans la collection « Hautes Études » des éditions du Seuil [BNF_13nov2018, voir image 3]. Mon travail porte en particulier sur l’édition du manuscrit « La phénoménologie et Binswanger », qui avait été rédigé par Foucault à l’époque de son enseignement à l’Université de Lille en 1952-1955. Ce texte, qui consiste en 190 feuillets autographes, est accompagné d’à peu près un millier de fiches de lecture ayant pour objet la psychologie, la phénoménologie et surtout la psychopathologie phénoménologique. Mon travail de dépouillement et indexation se concentre particulièrement sur ces fiches rédigées par Foucault dans les premières années 1950. La plupart de ces documents se trouvent dans les boîtes 38 et 42 du Fonds Foucault à la BNF, des boîtes qui ont été numérisées et incluses dans le prototype développé dans le cadre du projet FFL. Dans la boîte 42, en particulier, il y a une partie assez importante consacrée à « Binswanger et autour » [BNF_13nov2018, voir image 6].Grâce à ces fiches de lecture, j’ai pu accéder à un très grand nombre d’informations qui se sont révélées fondamentales pour l’édition du manuscrit auquel je travaille, en particulier dans la rédaction des notes bibliographiques et des notes critiques. Ces informations concernent non seulement les données bibliographiques, mais aussi les notions et les concepts présents dans le texte de Foucault. Elles constituent donc des sources lexicales et conceptuelles fondamentales pour le travail d’édition. Or, pour organiser et retrouver toutes ces informations parmi le millier de feuillets que j’ai consultés, j’ai utilisé le prototype, à travers lequel j’ai pu explorer les archives et insérer toutes ces données au fur et à mesure. J’ai pu adapter cet outil à mes problématiques spécifiques, en créant des indicateurs directement finalisés à l’édition de ce manuscrit spécifique qu’est « La phénoménologie et Binswanger ». La possibilité d’indexer les contenus tout en gardant un lien direct et immédiat avec les images des fiches de lecture et de les retrouver au besoin, sont pour l’instant les aspects que personnellement je trouve les plus utiles dans mon travail d’édition des manuscrits [BNF_13nov2018, voir images 7-8-9]. De ce point de vue, donc, le prototype est pour moi un instrument indispensable.La base de données qui nous est offerte par la plateforme développée dans le cadre du projet FFL pourrait nous être également très utile dans le projet de réédition des Cours au Collège de France en édition de poche, actuellement en cours chez les Éditions du Seuil, dans la collection « Points ».

BNF_13nov2018

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.