Publication des fiches sur l’Histoire de la folie sur la plate-forme FFL-EMAN

Par Elisabetta Basso

Dans le cadre du projet « Edifou » d’Elisabetta Basso (Marie Curie Fellow), quatre nouvelles boîtes d’archives (34 A et B, 35 A et B) viennent d’être publiées sur la plate-forme FFL-EMAN (http://eman-archives.org/Foucault-fiches), intitulées respectivement « Histoire de la folie, préparatifs » et « Autour de l’Histoire de la folie ».

Couverture de la chemise n° 17, « Folie et déraison », boîte 34 B.

Ces quatre boîtes regroupent environ 2.060 fiches de lecture datant de la deuxième moitié des années 1950, à savoir l’époque à laquelle Foucault rassemble les sources pour la rédaction de sa thèse sur l’Histoire de la folie à l’âge classique, qu’il soutiendra en mai 1961.

Ce sont des boîtes extrêmement riches en thématiques, qui couvrent notamment la période du XVIIe au XIXe siècle, avec quelques incursions dans l’antiquité gréco-romaine et la Renaissance. Un large espace est occupé dans ces boîtes par les informations concernant l’histoire des hôpitaux, notamment en France et Angleterre, leur législation et administration, les statistiques concernant le nombre et la typologie de leur population et les traitements qui leur étaient administrés (voir en particulier la boîte 34 A). Une place très importante est occupée également par l’œuvre du père de l’aliénisme français, Philippe Pinel (1745-1826), à laquelle sont consacrées de très nombreuses fiches touchant aux thèmes du traitement moral, du travail dans l’asile, de la classification des maladies, de la méthode en médecine etc. (voir en particulier la boîte 35 B). Plusieurs sujets relèvent aussi du problème de la folie dans le contexte de la pensée médicale du XVIIIe siècle. De très nombreuses fiches, en effet, sont consacrées à des thématiques qui feront l’objet des intérêts du philosophe dans la première moitié des années 1960 et qui aboutiront à Naissance de la clinique : en particulier, l’analyse de l’organisation de l’exercice de la médecine au XVIIIe siècle, notamment à l’époque de la Révolution, tout comme l’intérêt pour la manière dont la réflexion sur la maladie mentale se situe par rapport au contexte de la médecine clinique et de son enseignement (voir en particulier la boîte 35A).

Ces fiches nous permettent de découvrir non seulement certaines des sources d’inspiration du projet de thèse de Foucault, mais aussi les diverses pistes qu’il avait envisagées et puis abandonnées lorsqu’il s’apprêtait à entreprendre la rédaction de l’ouvrage qui paraîtra, dans la première édition de 1961, sous l’intitulé Folie et déraison. C’est le cas, par exemple, de la recherche approfondie consacrée par Foucault à la magie et à la sorcellerie du XVe au XVIIIe siècle (voir la boîte 35B), qu’il avait dû finalement décider de ne pas les inclure de manière prioritaire dans la version finale du manuscrit de sa thèse.

On peut reconnaître dans ces fiches le style de notation typique du jeune Foucault, qui organise ses lectures, dans la plupart des cas, de manière thématique, renseignant chacune de ses notes avec une ou plusieurs références bibliographiques. En particulier, les références aux manuscrits sont très importantes et un grand nombre de fiches s’appuie sur les documents que le philosophe avait pu consulter à la Bibliothèque nationale de France (Arsenal). En plus de recenser les textes scientifiques (périodiques et ouvrages) des époques analysées, Foucault renseigne plusieurs fiches avec les références à la littérature secondaire concernant le thème de la folie et de son histoire, par laquelle il se laisse souvent guider dans son choix des ouvrages à consulter et analyser. De nombreuses fiches contenues dans ces boîtes, en effet, consistent en de longues listes bibliographiques en plusieurs langues.